Yves Baudin

Yves Baudin
Yves Baudin


Yves Baudin fut co-directeur, avec Corinne Grandjean, du Théâtre de la Poudrière et des Semaines Internationales de la Marionnette en Pays neuchâtelois. Personnalité chaleureuse, toujours ouverte aux autres, on aimait le retrouver au bar après les spectacles pour le plaisir d’échanger. Jusqu’à ce que son cœur le lâche subitement en février 2013… Celui que chacun appelait Vano s’en est allé à 57 ans,  laissant derrière lui un vide vertigineux: la troupe, le festival, la scène marionnettique, les cours de théâtre... Il a tant apporté!

Pendant plus de 40 ans, il s’est investi pour faire reconnaître la marionnette comme un art de la scène à part entière, adulte et affranchi. Pourtant il n’était encore qu’un gamin lorsqu’elle est entrée dans sa vie. Avec des figures sculptées par son père Francis, lui et ses potes de la rue des Poudrières se mettent à monter de petits spectacles - les fondements de la troupe étaient posés! Les marionnettes ne le lâcheront plus: il consacre son mémoire de licence universitaire aux «structures du discours marionnettique», enchaîne avec le séminaire de recherche théâtrale de Patrice Thompson qui le confronte au théâtre d’avant-garde, puis il choisit de se professionnaliser. 

Metteur en scène du Théâtre de la Poudrière, il a aussi écrit une quinzaine de textes de spectacles. En explorateur exigeant, il était constamment à la recherche des moyens de faire évoluer la marionnette. L’Association Suisse du Théâtre pour l’Enfance et la Jeunesse (astej) lui a décerné son prix en 2003 pour la mise en scène de «À dos d’éléphant» et l’ensemble de son travail pour le jeune public réalisé au sein du Théâtre de la Poudrière.

Son engagement pour le théâtre l’a aussi amené à endosser d’autres rôles. Il a insufflé la passion des planches à des générations de jeunes tant au Centre Culturel Neuchâtelois qu’à l’école secondaire de Neuchâtel. Il a présidé l’Association des marionnettistes suisses entre 1990 et 1996 et nourri la réflexion sur la pratique contemporaine de la marionnette dans la presse spécialisée. Ses nombreux articles ont été publiés dans Figura, Mimos, Das Andere Theater, Double, des revues suisses et allemandes.
 
Vano était un passeur qui n’aimait rien tant que l’échange. Son horizon passait par Baden, Stuttgart ou Marseille, où il avait noué des liens forts avec d’autres professionnels de la marionnette. Ce goût du partage par-dessus les frontières, il a su en faire profiter pleinement le public. C’est ce qui le conduit à la création des Semaines Internationales de la Marionnette en 1985 qui font déferler le meilleur de la création mondiale en Pays Neuchâtelois.